Les principales causes de l’hypothyroïdie

L’hypothyroïdie est une malade assez fréquente qui touche plus de 5% des femmes de plus de 50 ans. Elle se manifeste par un ralentissement du fonctionnement de la glande thyroïde, c’est-à-dire par une faible sécrétion d’hormones thyroïdiennes T3 ou T4. Une personne atteinte d’hypothyroïdie devient dépressive, a une peau sèche et épaisse, montre un manque de tonus appuyé et une forte envie de dormir et d’autres symptômes caractéristiques. Nombreuses sont les causes de cette maladie dont les plus importantes sont le stress, la carence ou l’excès en iode.

Le stress

Aigu ou chronique, le stress peut être à l’origine du dysfonctionnement de la thyroïde et donc de l’hypothyroïdie. Le stress peut avoir plusieurs origines comme une mauvaise alimentation : trop de crudités, régimes fréquents, jeûnes réguliers. Eh oui, les régimes détox, les régimes restrictifs, etc. peuvent vous aider à perdre quelques kilos, mais ce manque d’apport est fortement ressenti par le corps entraînant alors un ralentissement du métabolisme, dont le ralentissement de sécrétion de la glande thyroïdienne, d’où l’hypothyroïdie. Le manque d’équilibre entre repos et travail peut aussi entraîner un état de stress chronique qui va ralentir le métabolisme et va engendrer un dérèglement de la thyroïde. Un manque de sommeil induit par un travail sans arrêt cause aussi le stress mettant le corps dans un état de fatigue chronique, d’où la diminution des activités métaboliques du corps.

La carence ou l’excès en iode

L’iode est apporté par l’alimentation. Cet élément participe à la production d’hormones thyroïdiennes. Ce qui fait qu’une carence ou un excès en iode peut entraîner une hypothyroïdie. Les cas d’hypothyroïdie les plus fréquents, surtout dans les pays en voie de développement, sont causés par une alimentation carencée en iode. La plupart des populations concernées mangent du manioc pas très cuit, des patates douces ou des crucifères assez fréquemment et en grande quantité, alors que ce sont des aliments goitrigènes qui bloquent la fixation de l’iode.
Un excès d’iode dû à un apport très riche en iode par la consommation d’algues comme le cas du Japon peut aussi entraîner la diminution du fonctionnement de la glande thyroïdienne. Ainsi, pour entretenir le bon fonctionnement de la thyroïde, il est important de veiller à ce que chaque jour l’alimentation contienne de l’iode, du zinc et du sélénium en quantité suffisante.

L’hypothyroïdie auto-immune

L’une des causes principales de l’hypothyroïdie est l’hypothyroïdie auto-immune. En d’autres termes, il s’agit d’une hypothyroïdie causée par la réaction des anticorps contre les cellules de la thyroïde. Cette maladie auto-immune, appelée aussi thyroïdite de Hashimoto ou thyroïdite chronique lymphocytaire, touche 20% des femmes de plus de 40 ans et aussi des enfants atteints d’hypothyroïdie entraînant une inflammation de la glande thyroïdienne. L’origine de cette maladie pourrait être le stress (qu’il faut éviter autant que possible), une infection virale mal traitée ou une mauvaise observance du traitement (quand la personne ne prend pas régulièrement les médicaments ou qu’elle prenne d’autres substances diminuant l’absorption intestinale des hormones thyroïdiennes) ou encore une prédisposition génétique. En cas d’hypothyroïdie auto-immune, il faut se préparer à un traitement hormonal à vie.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *